No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Savaging Spires: « We Should Be Dead (Together) »

La musique rock s’est toujours faite sous fond de transgression et, même quand elle semblait se policer, il y a toujours eu des ensembles pour jeter un pavé dans la mare, y compris quand l’indie-rock était devenu lui-même une marque déposée.

Savaging Spites est un collectif (délicieuse réminiscence de la contre culture) psyche-folk dont le répertoire voit bien au-delà et se situé au niveau de l’incongruité revendiquée et d’une démarche qui se résume à ne pas en avoir. Leur premier album éponyme avait impressionné et, si ce deuxième opus We Should Be Dead (Together) n’est pas selon eux un « follow-up » mais un EP, il y a suffisamment de matériel sur ces onze plages pour qu’il soit considéré comme un opus à part entière.

On y retrouvera le parfum mystique et sombre du disque précédent, enregistré ici plus ou moins « live » , des jam sessions dans lesquelles l’improvisation semble être la pièce maîtresse, une sorte de drone rustique encombré de brumes ou l’es expérimentation prend des tournures effrayantes.

Les percussions sont funèbres, les guitares acoustiques distantes et hantées et les mélodies s’élèvent puis disparaissent dans le mix. Le fuzz est là, également, mais il est comme étouffé par une gaine lo-fi, donnant l’impression que l’on s’avance vers une sorte de rituel païen dont on ne connait pas la finalité.

Une fois habitués à cette ambiance occulte, les titres prennent une consistance ; « Sunrises » flotte gracieusement entre délicatesse et effroi, « Tales of Pneumonia » réunit rock et madrigal et le spectral « Don’t Let Lorraine Get Much OLdere » rassemblera the Incredible String Band et le Eno de la période Low.

We Should Be Dead (Together) est un disque déconcertant mais, si il peut indisposer, il ne nous exclut jamais. Même si il ne s’adresse pas à un public non initié, ses soubresauts et entrelacs sont des modèles de fluidité. On n’irait pas jusqu’à dire que c’est un album fédérateur mais il est capable de développer des climats intimistes bien que brouillés ; en ce sens il est prodigue d’émotions qui peuvent aisément déclencher un « trip » au cœur de la béatitude.

***1/2

30 septembre 2014 - Posted by | Quickies |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :