No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

The Sugar Stems: « Only Come Out At Night »

Le « début album » des Sugar Stems se nommait Sweet Sounds et tout au mon de leurs 3 albums il ont été pourvoyeurs d’une power-pop affichant sans peine des accroches addictives et instantanées un peu comme le premier goût d’une barre de chocolat pouvait aiguiser notre gourmandise.

Le groupe originaire du Milwaukee pouvait néanmoins aligner des titres plus sombres comme le prouve ici l’ouverture de Only Come Out At Night, « Baby Teeth ». Soniquement, ce morceau sonne comme une joyeuse célébration de tout ce que le combo a été capable de faire jusqu’à présent mais n y trouve une mélancolie douce amère dans ses références aux « erreurs passées » et au fait de devenir plus adulte.

Il s’agit bien ici de l’album le plus abouti des Sugar Stems ; avec des tonalités familières (des guitares qui étincèlent, une basse caoutchouteuse, des accroches mémorables et les vocaux au gazouillis frais de Betsy Heibler) mais on y trouve un son qui doit moins au garage rock des 60’s grâce, en particulier, à la participation de Andy Harris (ex-Goodnight Lovin et Jaill) aux claviers.

Les titres peuvent se lire alors comme des tentatives réussies à véhiculer des morceaux évocateuu$rs des « radio hits » des 80’s avec un « Tell The Truth » dont l’orgue n’est pas sans rappeler Springsteen.

Reste bien sûr le « bubblegum » : « Radio Haerthrob » qui comiquement évoque cette quête impossible du rêve rock and roll, « I Know Where I’ »m Going », « The One » ou « Sun Rise, Sea Changes » aux chorus impeccables.

Only Come Out At Night se termine sur « Million MIles », une chanson d’amour à vous fendre le cœur, sans doute le plus belle jamais écrite par Sugar Stems. Une guitare acoustique, un orgue et les vocaux terriblement affectés de Heibler, il s’agit d’une mélodie berceuse qui n’a pas son pareil pour accompagner nos oreilles la nuit et nous faire prendre conscience de l’intensité du manque amoureux. Tout comme le reste du disque, c’est un morceau qu’on aura du mal à oublier résumant assez bien toutes les émotions qui se figent entre amertume et douceur.

***1/2

28 août 2014 - Posted by | Quickies |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :