Rx Bandits: « Gemini, Her Majesty »

Rx Bandits a toujours été un groupe associé au ska même si, depuis 2001 et Progress, ils ont commencé à expérimenter pour se tourner vers des atmosphères jouant avec l’espace et le temps, une tendance qui s’est prolongée sur The Resignation et …And the Battle Begunoù ils ils ressemblaient plus à un groupe de rock progressif doté d’une section de cuivres. Ceux-xi ont disparu avec Mandala en 2009 et Gemini, Her Majesty les voit, il semble, endosser cette étiquette, où, comme tant de musiciens, le fait de ne se reconnaître dans aucun genre.

C’est chose compréhensible dans la mesure où ; si nous avons tendance à trouver des dénominations, celles-ci n’ont plus aujourd’hui beaucoup de valeur. En même temps, il est important de souligner que Rx Bandits ont toujours parlé de Gemini dans leurs premières œuvres d’autant que les meilleurs passages de l’album sont indubitablement enracinés dans leur passé ska et pop punk. « Wide Open » et « Stargazer » prennent vie non pas dans des imbrications musicales mais dans des chorus doucereux, équilibrant et limitant avec efficacité les penchants du groupe pour une expérimentation emphatique.

La voix de Mathhew Embree continue d’être une arme redoutable ; il est un des rares chanteurs à simuler un chant en Espagnol sans sonner de manière irritante et ses textes ambigus contiennent toujours de subtiles allusions politico-lyriques.

L’espace sera un thème omniprésent on s’en doute mais il est mêlée à des questions sur les relations humaines (en particulier la tentation) pour délivrer ainsi des notules plus personnelles (« Star Gazer » où une personne est à la fois une star et une esclave de la mode).

Au niveau de l’instrumentation, grand effort sera accordé au cosmique, et ceci n’est pas toujours du meilleur effet en particulier à la fin de l’album. Les harmonies célestes de « Will You Be Tomorrow » s’embourbent tr ès vite dans l’incohérence et «  Meo !! Meow ! Space Tiger » mouline interminablement sur fond de reggae et de bruits de jeux vidéos. « Penguin Marlin Brando » sera sans doute une faute d’orthographe volontaire, exemple d’un disque qui se veut « trippy » et excentrique mais ne décolle que partiellement.

**1/2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s