No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

King Creosote: « From Scotland With Love »

King Creosote est un artiste de Glasgow dont le véritable patronyme est Kenny Anderson. Sus ce nom ou avec d’autres musiciens il a sorti de nombreux CDs tous aussi divers les uns des autres. Sa démarche s’apparente à celle de Gruff Rhys (Super Furry Animals) et son dernier disque a été indirectement réalisé à la demande des autorités célébrant les Jeux du Commonwealth.

C’est donc un album d’autant plus intéressant car il est inspiré d’évènements sportif mais surtout parce que From Scotland With Love est, indépendamment se son contexte, un disque jalonné de pièces musicales assez remarquables.

La première écoute ferait penser à un la bande-son d’un documentaire émanant d’une « art school » et consacré à l’Écosse et ayant pour but de rendre hommage à un certain mode de vie. Le précédent, Diamond Mine, était la bande-son, d’un film imaginaire ; ici le procédé reste identique. Le film de Virginia Heath créé pour ces jeux présente des archives exclusives des évènements passés, pour King Creosote c’est une façon de mettre en valeur son mode de production favori : l’esquisse de vignettes personnelle et emphatiques.

Musicalement, on reconnaîtra sa voix en falsetto douce-amère, vectrice de tristesse et de douceur et les arrangements cinématographiques dont il est coutumier. La vie quotidienne sert de toile de fond avec quelques exceptions notables, « Largs » qui est une ville de plage accueillant les épreuves d’escrime et dont la pulsation évoque un rythme de carnaval. À l’autre bout de l’échelle musicale, on trouvera «  For One Night Only » , exercice indie si lo-fi qu’l pourrait passer pour un morveau de Belle & Sebastian.

Le sommet du disque sera un exaltant « Pauper’s Dough », un regard en arrière sur les luttes pour une vie meilleure qui ont jalonné le siècle dernier. Le film est muet, mais les textes de Anderson parviennent à lui donner une certaine éloquence grâce à la puissance de ses mots. Et si, rien dans From Scotland With Love n’égale la brillance de son chef d’oeuvre Diamond Mine, rien non plus n’en est très éloigné.

***1/2

27 août 2014 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :