No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Eugene McGuinness: « Chroma »

Dès son deuxième album, éponyme, la musique de Eugene McGuinness avait un côté petit sourire en coin qui le voyait manier avec grâce et désinvolture les emprunts stylistiques auxquels il se livrait. Il se faisait sans vergogne mais de manière candide et parvenait à les détourner en y apportant sa propres idiosyncrasie.

Sur Chroma, son quatrième opus, il semble avoir maîtrisé à la perfection cet art du caviardage assumé et créatif avec un riff d’ouverture qui pourrait passer pour un riff écarté par The Temptations lors de l’une de leurs sessions d’enregistrement de « My Girl ». Le ton est ainsi donné pour un disque qui sera autant de références-révérences aux Beatles, à Prefab Sprout, au doo-wop façon Phil Spector et ses « girls bands » (« I Drink Your Milkshake »), à la phase psychédélique de Bowie, voire même à Thin Lizzy et, plus intense encore, au post punk.

Chroma est, en effet, un album chromatique de ce point de vue mais il évite de ne devenir qu’un autre disque de rock nostalgique grâce, précisément, à cette approche particulière de McGuinness, faite de distanciation, certes, mais aussi de démarche anti conventionnelle. Les accords choisi sont évidents mais conditionnés savamment pour nous procurer une impression d’inattendu.

Si on y ajoute la production effervescente de Dan Carey, déterminé à illustrer de manière étincelante chaque moment qui passe (les titres n’excèdent pas les trois minutes), cela fait de Chroma un album qui pourrait rappeler, toutes proportions stylistiques gardées, Revolver. Ce disque est vif et effilé mais aussi emprunt de riches idées qui semblent vouloir s’accumuler jusqu’à plus soif à chaque détour sonique.

Chroma s’agite ainsi dans tous les sens, un peu trop parfois quand il s’essaie à l’expérimentation et au mysticisme oriental de « Fairlight » qui conclue l’album en dérapant quelque peu. On sent néanmoins que, hormis cette toute dernière faute de goût, le disque sert un objectif. Le précédent avait déjà cette prétention mais ne parvenait pas à mettre en place cette grandeur voulue par le chanteur. Ici l’élocution et l’interprétation sont vigoureuses mais charmeuses et élégantes, Chroma est un melting pot de pop « British » addictive et délivrée avec une jubilation qu’on ne peut que partager.

***1/2

25 juillet 2014 - Posted by | Quickies |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :