No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Circulatory Systems: « Mosaics Within Mosaics »

Ce troisième album du groupe de Will Cullen Hart (ex-membre de Neutral MIk Hotel  et de la tendance dream-rock de Athens en Géorgie)  est une chose sinueuse et onirique. Il n’est que de percevoir les embardées  de ses beats et la façon dont Hart murmure ses textes dans ses enregistrements pour se dire que ce disque, ces mosaïques dans d’autres mosaïques, ne sont  que le long continuum au sein d’un même morceau composé de multiples mouvements. Disque tiroir donc, centré autour des de la voix de Hart, avec des orchestrations qui se fondent sur l’acid-rock sur fond de basse fuzz, de voix passée sur bandes passées à l’envers , d’instrument à bois et à vent mis en sourdine, d’orgues de barbarie et de cloches éraflées et de sons innombrables qu’il est impossible de définir.

Le Smile des Beech Boys, impossible à achever est là, en arrière plan, sur ces 31 plages dans la façon dont elles s’assemblent les unes aux autres. Tout y est question de texture et de rien d’autre, celles-ci se dissolvent les unes aux autres plutôt que de disparaître avant d’être assemblées par quelqu’un d’autre que leur créateur. Masaics Within Mosaics est ainsi construit, à partir de plages à peine terminées composées par le batteur Derek Almstead. Pourtant, malgré la liste des 26 personnes ayant contribué au disque (avec entre autres Jeff Mangnum et Jeremy Barnes de Neutral MIlk Hotel) il est clair que c’est l’opus de Hart dans la mesure où il s’agit d’une continuation de ce à quoi l’artiste a travaillé depuis plus de vingt ans avec Bill Dossl fondateur aujourd’hui décédé de Olivia Tremor Control.

En dépit de ce pot-pourri ce qui étonne est le côté mélodique du disque. Le spectre des années 60 hante l’album en particulier avec une réitération du « Only a Northern Song » de George Harrison qui semble être doublé en dissonance par rapport à ce que les Beatles en ont fait ou un« If You Think About It Now » qui se passe du rock le plus direct à des harmonies inimaginables. Tous les titres nécessitent un apprentissage, par exemple, la chanson qui clôt l’album,« Elastic Empire Coronation », mais chaque composition a une tournure séduisante ; il suffit de prêter l’oreille avec patience pour en être captivé

***1/2

29 juin 2014 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :