No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Foxes: « Glorious »

Depuis son premier « single » en 2012, Foxes est devenue, ne démentissant pas son patronyme, une artiste à surveiller. Aisni, elle a fait quelques irruptions repides dans le « mainstream » (« Youth » dans Gossip Girl ou la bande son de diverses publicités angalaises). Elle a également travaillé avec Rudimental et Fall Out Boy ainsi que Zed, le producteur basé à Los Angeles.

Le succès a été graduel plutôt qu’instantané (un Grammy pour « Clarity ») ce qui fait que, telle un renard, Louisa Rose Allen est restée embusquée plutôt qu’elle n’a souffert de trop d’exposition.

Ces jours de semi-notoriété pourraient bien toutefois, être comptés avec la sortie de son premier album, Glorious. Ce disque est un exemple d’electro-pop ample mais maîtrisé, dramatique, plein de détermination et de puissance.

Dès le début les stylisations orientales de « Talking To Ghosts » révèlent qu’il ne s’agit plus d’une chanteuse de dance-pop comme les autres ; ils évoquent au contraire minimalisme et majesté et requièrent une attention immédiate.

Sa voix est riche, pleine de brisures et de désir avec des échos tumultueux en arrière plan qui font d’elle autre chose qu’une apprentie pop star. L’intro sous forme de berceuse de « Echo » montre une même tendance à la mélancolie nichées sous l’essor d’une mélodie pop et d’un beat trip-hop.

En général, néanmoins, ce qui émerge est une veine pleine d’espoir et même d’euphorie même si elle demeure encadrée par une obscurité dont on devine la latence. « Let’s Go For A Ride » est une percutante envolée menée au piano qui explose dans les hauts- parleurs alors que la simplicité des beats de « White Coats » ajoute au titre une chaleur à des sonorités qui rappellent le « Runaway » de Janet Jackson .

Ce sera pourtant la chanson titre qui confirmera tout le bien qu’on peut penser de cet albumavec un chorus glacé qui semble se désintégrer sous la force du souffle de la vocaliste. »Glorieux », le morceau l’est effectivement tant il résume ce mélange de tendresse et d’affection et de tâtonnements dans la pénombre. Riche mais jamais trop produit, Glorious est un album qui embrasse toutes ces dichotomies et marche avec aisance sur la fine corde qui lui permet de ne pas être déséquilibré.

****

13 mai 2014 - Posted by | Quickies |

Un commentaire »

  1. […] heureusement son album, Glorious, remet très vite les pendules à l’heure et, quand on lui parle de l’image qu’elle projette […]

    Ping par Rapid Talk: Interview de Foxes | No BS: Just Rock & Roll! | 2 juin 2014 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :