Rapid Talk: Interview de TOY

Les Londoniens de TOY sont peu à peu devenus un des groupes les plus importants de la nouvelle scène psychédélique. Après deux « singles » et un premier album éponyme, les voilà de retour avec Join The Dots. Alejandra Diez qui assure les claviers de ce quintet se prêtera de bonne grâce à la tâche qui constitue à satisfaire notre curiosité.

 

Vous êtes en tournée en ce moment, comment cela se passe-t-il 

Très très bien d’autant que nous avons nos amis The Proper Ornaments avec nous. Cela fait longtemps qu’on souhaitait jouer dans une grande salle Comme le Sphepherd’s Bush Empire et c’est très excitant.

Qu’est-ce qui vous a fait signer sur Heavenly quand on connaît leur réputation à bichonner les groupes pendant des années ? Vous avez reçu d’autres offres, non ?

Non, Jeff Barrett du label est venu nous voir alors que c’était un de nos premiers concerts. Il nous a proposé de signer et on a été assez séduit pas son enthousiasme aussi la décision n’a pas été difficile à prendre. À chaque fois qu’on a une réunion avec lui ça se termine par une bière et l’écoute de plusieurs disques.

Il semblerait que ce soit un label qui ait créé une véritable scène avec les groupes qu’ils ont signés.

Je ne sais pas, on a jamais vraiment traîné avec Temples ou The Wytches du moins pas autant qu’avec The Horrors ou Telegram. Je dirais que c’est bien plus qu’une scène mais un grand groupe d’amis qui sans tous dans le même genre de trucs.

La scène psych rock a explosé des deux dernières années. Pensez-vous y avoir contribué ?

Ça nous a certainement aidés, surtout parce que ça nous a permis de rencontrer et de jouer avec des tas d’autres groupes. En même temps ça peut être contraignant et nous savons que nous ne serons jamais le prochain truc à la mode si on considère le genre de musique que nous interprétons. Ça ne nous préoccupe pas mais, en même temps, on aimerait qu’un maximum de gens puissent nous entendre.

Join The Dotsest sorti assez vite après votre premier album. C’est une chose assez rare pour qu’on se demande si vous aviez un stock de compositions qui vous restaient.

Beaucoup de titres ne sont pas sortis sur Join The Dotsen fait.On en avait 16 et il a fallu en retirer pour aboutir à un total de 11. On aime écrire, on aime jouer. On avait une collection de morceaux dont on était contents aussi on a décidé de les sortir très vire. Heavenly nous a autorisés à faire paraître Join The Dots et jusqu’à présent ils nous ont beaucoup soutenus.

Join The Dotsaffiche une assez grande progression par rapport au premier disque avec plus d’éléments électroniques. Ça ressemble parfois à Stereolab et Broadcast

On adoreStereolab même si chaque titre est issu de plusieurs influences. On n’a pas écrit en studio et tout a été dispersé entre concerts, tournées et vidéos promotionnelles. Certains morceaux sont moins récents et ils sont différents par rapport à l’album. Ceci dit que je ne dirai pas que c’est un disque éléctronique.

« Conductor » pourrait presque une variante post-rock destinée à la génération psychédélique d’aujourd’hui.

« Conductor » est très différent du reste de l’album tout simplement parce qu’il vient d’une combinaison de plusieurs atmosphères. On y a tous ajouté et changé plusieurs choses jusqu’au moment où on en a été satisfaits.

Contribuez-vous tous de manière égale à la composition ?

On travaille sur les morceaux ensemble. L’idée originale peut venir de n’importe qui d’entre nous. Parfois quelqu’un amène un truc pour les répétitions, parfois on joue et quelque chose en sort.

Beaucoup des titres semblent venir d’improvisations.

Oui, « Left Myself Behind » était l’une d’entre elles.

Dan Carey a produit vos deux albums. Avez-vous toujours voulu bosser avec lui ?

On était tous fans de ce qu’avait fait Dan dans le passé. C’était notre choix numéro un.

De quel disque êtes-vous la plus fière ?

J’adore le premier album car c’est lui qui m’a permis de quitter mon job ! Mais il y a certains titres sur Join The Dots dont je suis particulièrement heureuse.

Qu’est-ce qui vous a fait rejoindre TOY ?

Trois de ses membres avaient été dans des groupes avant, The Jing Ja,g Jong, et ils cherchaient d’autres musiciens. Le moment me semblait approprié car on en avait parlé déjà depuis un certain temps. Quand Charlie (Salvidge, batterie) est arrivé de Gloucester le puzzle s’est assemblé : il cherchait un groupe et nous un batteur.

Les ventes de disques sont très aléatoires ; pensez-vous qu’il est important de tourner au maximum aujourd’hui ?

Tout à fait, c’est notre seul moyen de survie. Les ventes de disques ne parviennent même pas à payer l’enregistrement alors faire des concerts est indispensable pour couvrir ces coûts.

Que pensez-vous de Spotify ? C’est un moyen de vous faire plus entendre mais ça n’encourage pas à acheter des disques.

On ne se fait pas beaucoup d’argent avec Spotify. Même des gens comme Lady Gaga auraient du mal. C’est contre-productif en termes de ventes mais ça nous a fait gagner une plus grande audience. Je trouve très bien qu’un maximum de musique soit accessible où et quand on le veut. De toutes façons la musique est tellement à portée de la main que les gens n’ont plus la patience d’attendre la sortie d’un album. Si vous êtes un artiste inconnu, quel autre moyen avez-vous que de passer par là ?

Y a-t-il des vieux titres que vous êtes réticent à jouer sur scène ?

Non ; en fait on se fait un point d’honneur à ce que chaque show soit différent d’un soir à l’autre et on essaie toujours de trouver un équilibre entre les deux albums.

Préférez-vous jouer en studio ou « live » où tout est plus organique et intense ?

On ne peut pas captrurer sur scène ce qui se passe en studio. Ce qui est bon est d’être capable de faire les deux. Quand on enregistre, tout moment est important et doit être saisi alors que sur scène il y a plus de satisfaction immédiate.

Quid d’un troisième album ?

Je ne sais pas ; on ne se met aucune pression. On a quelques idées et demos mais on ‘y a pas réellement pensé encore.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :