No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Liz Green: « Haul Away! »

Dans une récente interview, Liz Green déclarait impassiblement que son nouvel album, Haul Away !, était plus joyeux que le premier, O Devotion, dans la mesure où « au niveau des textes il n’y a pas autant de gens qui meurent ».

Cela suffit pour comprendre que son univers est celui d’une mélancolie sombre et cela ne peut qu’être renforcé par une pochette où son visage semble être envahi par un bleu océan. On ne sera pas surpris donc que beaucoup de ses titres sont comme nautiques avec des références aux rivières aux îles et à une chanson titre dont le tempo grondant est celui d’une chanson de mer.

Les échos cabaret de O Devotion persistent néanmoins, l’artiste intercalant avec adresse des compositions intimes et d’autre plus théâtrales.

Le morceau d’ouverture, « Battle » expose merveilleusement bien le premier genre alors que l’effrayant mais évocateur « Where The River Don’t Flow » est l’exemple de la façon dont elle peut se révéler ostensiblement dramatique.

Sa voix est, à cet égard, un merveilleux instrument dont elle use avec une expressive efficacité et même un instrumental (« Little i ») présente un fleuri capable de faire tomber en pâmoison.

Déjà détentrice d’une récompense au Festival de Glastonbury en 2007 dans la catégorie des talents émergents, Green perouve une fois de plus qu’elle n’est pas une artiste « mainstream » et que, en l’espace de deux albums, elle est capable de se monter différente et originale.

Sur Haul Away !on trouve ainsi des sons éclectiques, des rythmiques étranges et inattendues. Ainsi, la chanson titre part d’un piano délicat avant de s’enfoncer dans un skiffle jazz, si soudain qu’il ne peut qu’attirer notre attention. C’est un démonstration assez impressionnante de versatilité et de maîtrise, tout comme cette excellente idée d’infuser un peu de musique juive tout au long de l’album (« Rybka » par exemple), chose rarement expérimentée dans la musique populaire.

Ce nouveau disque n’est pas un album folk de plus ; il témoigne d’un talent singulier et surtout d’une volonté à faire progresser un genre dont l’univers demeure encore trop souvent imprégné d’un romantisme pastoral stéréotypé et suranné.

***1/2

29 avril 2014 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :