Rapid Talk: Interview de Death Vessel.

Death Vessel c’est, essentiellement, un musicien de Rhode Island, Joel Thibodeau. Après plusieurs années passées éloigné de l’industrie du disque, il vient de sortir son troisème album solo, Island Intervals. Enregistré en Islande avec la collaboration de Alex Somers (Sigur Rōs), de Samuli Kosminen de Mūm et la voix de la légende musicale islandaise sur « Isla Down », Jónsi. Nul doute alors qu’un mini entretien s’imposait.

Jónsi chante comme une fille et vous comme un jeune garçon de 10 ans ; que peut-on dire par rapport à cela ?

À 10 ans, j’ai auditionné pour les Boy Singers of Maine. On m’avait accepté mais comme les répétitions avaient lieu à 30 miles de chez moi je n’ai pas pu les intégrer. Mes parents devaient s’occuper de quatre autres enfants et ils ne pouvaient assumer les horaires rigoureux du choeur. Je suppose que c’est à ce moment que mes capacités vocales ont atteint leur sommet. On peut chanter de façon douce mais il y a toujours un moyen de montrer votre férocité.

Vous avez une vieille guitare acoustique Silvertone. Elle est pas mal cabossée ; vous n’avez pas les moyens de vous en payer une plus récente ? (Rires)

Oui, je joue sur une vieille Silvertone 604 offerte par mon pote Otto D’Ambrosio. Il l’a légèrement modifiée pour améliorer ses tonalités et j’adore le son qu’elle produit. Il va très bien avec mes compositions. Un autre ami m’a, récemment, donné une Silvertone 319 qui est tout aussi bonne. J’ai enregistré le « Triangulated Heart » sur la guitare Martin de Jónsi. C’est d’ailleurs la première chanson que j’ai écrite dans son nouveau studio.

Pourquoi « Death Vessel »’, y voyez-vous une signification particulière ?

Quand j’ai pensé à ce nom, j’écoutais des chansons comme « O Death » de Ralph Stanley, « Death Is Only A Dream » des Stanley Brothers ou « Wall od Death » de Richard Thompson. Plutôt que de m’appesantir sur lon sens littéral, je trouve que c’est un terme qui va très bien avec ce que j’exprime dans mes compositions.

De quoi traitent vos textes précisément ?

Sur « Ilsa Down » dont Jónsi a composé la musique, ils sont été en partie inspirés par un recueil d’histoires et de contes islandais, Icelandic Folk And Fairy Tales. Je l’ai lu avec l’espoir de me familiariser avec la vie des elfs. C’était une drôle d’expérienced’écrire en pensant à la voix de quelqu’un d’autre et de faire chanter parJónsi des mots qu’ils n’avait jamais prononcés auparavant comme « Bangor » ou « Algonquian ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :