No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

The Bad Plus: « The Rite of Spring »

The Bad Plus est un trio de jazz dont la notoriété est liée au fait qu’ils préféraient les Pixies ou Black Sabbath à l’exécution de standards.

Il s’en prennent ici au Rite du Printemps de Stravinsky et cette recréation semble étonnamment adaptée à leur démarche.

Ne nous y trompons pas, The Rite of Spring n’est pas un disque où un trio de jazz interprète une ballet vieux de 101 ans sous forme de jazz, The Bad Plus traduisent une des compositions phare de l’histoire musicale d’une façon aussi littérale possible au piano, à la basse et à la batterie.

Ça n’est pas véritablement une incongruité car l’oeuvre originale est complexe, cacophonique et terriblement puissante. Son rythme est omniprésent et propulsif et grand soin a été apporté aux détails et à sa dynamique (en particulier dans l’utilisation du dulcimer). On retrouvera la même articulation que celle initialement basée sur la musique folk, le swing et les cadences syncopées du folklore Africo-Américain.

The Bad Plus a toujours eu une affinité pour la musique excentrique et progressive, et la réputation de faire des reprises qui transforment la musique classique ou Aphex Twin sans les dénaturer. Tourner de manière incessante leur a permis d’élargir leur public au point que les institutions les plus prestigieuses n’hésite plus à leur commanditer des choses du type The Rite of Spring.

La gageure était de taille mais le trio réussit parfaitement dans son entreprise. On notera l’action convulsive sur « Sacrificial Dance » ou « Glorification of the Chosen One » ainsi que la majesté de « The Augurs of Spring » ou « Spring Rounds ».

Recréation rime également avec certaines liberté artistiques. Le paino et la basse fournissent les informations harmoniques et mélodique, les percussions peuvent alors se permettrequelques incursions backbeat ou le free jazz. Cela agrémente les éléments rythmiques de façon inédite et novatrice tout en restant loyal à l’esprit bouillonnant de Stravinsky. C’est cette clef qui permet à Bad Plus de sonner comme du Bad Plus et de préserver de par la même sa singularité.

***1/2

31 mars 2014 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :