Milagres: « Violent Light »

Le premier album de Milagres sonnait comme une copie conforme de Coldplay. Le groupe vient pourtant de Brooklyn et, sur ce troisième opus, plus rien ne semble rester de cette analogie. De par son titre, Violent Light est déjà révélateur de sa teneur techno-pop qu’il souhaite afficher. Ce qui va dominer ici ce sont les textures de synthés rappelant les années 80 ainsi qu’une ferveur à joncher ses compositions de grosses accroches pop.

Même quand le combo s’aventure dans un territoire semblable à celui de Coldplay, « Terrify On Sea » par exemple, leur leader Kyle Wilson a un timbre de voix qui élève Milagres bien au-dessus des platitudes de l’« arena rock ». Sur « The Letterbomb » son baryton fait merveille accouplé qu’il est à des accords de rock légèrement funky créant quelque chose qui rappelle furieusement ce dont Orange Juice nous gratifiaient à la fin de leur carrière.

On pourrait citer également Scritti Politti mais le problème résiderait alors dans le fait qu’il n’y a rien d’aussi brillant et accrocheur que les efforts de ces derniers.

Scintillement il y a pourtant dans l’atmosphère moins sombre de leur « debut album », Glowing Mouth, composé à l’hôpital par un Kyle Wilson ayant été victime d’un accident. Ici tout est plus focalisé, centré sur des lignes de synthés nettes et claires, des beats dansant créant cette atmosphère moins chargée. « Perenial Bulb » et « Column of Streetlight » doivent beaucoup à TV on the Radio alors que Milagres ne se prive pas non plus de pasticher Depeche Mode sur l’industriel « The Black Table » ou Bowie sur « Jeweled Cave ».

Le reproche qu’on pourra faire à Violent Light est un côté lisse, dénué du charisme qui était le leur quand ils s’exerçaient à des climats plus contrastés. Demeure un album qu’on écoute facilement, trop peut-être, et qu’on risque d’oublier avec autant d’aisance que celle qui l’a fait se glisser entre nos oreilles.

guitareguitare1/2

One Response to Milagres: « Violent Light »

  1. […] qui semble être trop jeune pour avoir une expérience de la musique. Son deuxième album, Violent Light, est pourtant nourri d’influences qui ne sont pas anodines, le mouvement New Romantics des […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :