Rapid Talk: Interview de Hospitality

Le trio de Brooklyn est de retour avec une nouvel album intitulé Trouble, disque de rock alternatif teinté de post-punk. La chanteuse du groupe, Amber Papini, nous renseigne sur la nature de ces nouvelles compositions, nous informe des problèmes en studio, en particulier de la meilleure manière de contrôler le voltage.

Est-ce que votre approche sur Trouble différait de celle de vos débuts ? D‘abord en termes de textes, mais aussi de sons ?

Je crois que les « lyrics » sur Trouble sont similaires à ceux du premier disque ; j’écris toujours sur l’amour et le désespoir. Le son, lui, a totalement évolué ce qui a été un décision délibérée. On voulait quelque chose qui sonne de façon plus naturelle et d’éditer les morceaux en utilisant l’ordinateur aussi peu que possible. Même si il y a des synthétiseurs et des boîtes à rythme, on les a synchronisés en utilisant un contrôle de voltage manuel plutôt que le MIDI ce qui nous permettait des tempos imparfaits et une touche plus humaine.

Qu’en est-il de l’enregistrement ? Il a été fait dans un autre endroit que précédemment ; quest-ce que ça vous a apporté ?

On a enregistré avec Matt Boynton au Vacation Island Studio. On a très bien travaillé avec lui, il nous soutenait beaucoup et s’est montré un véritable expert pour que chaque son sonne à la perfection.

On trouve dans Trouble du post punk, de la synth pop etdu rock alternatif. Qu’écoutiez-vous durant l’enregistrement ?

Le King Crimson des débuts, The White Album et Pink Flag de Wire.Il y a des influences évidentes du rock de la fin des 60s et du minimalisme pop punk. Ce sont les périodes musicales que nous préférons.

Certains titres se sont-ils avéré très différents de la façon dont vous les envisagiez à l’origine ?

Certains ont vraiment été transformés en studio. « Inauguration » et « Rockets & Jets » étaient, au départ, des jam sessions qui se sont muées en titres électro durant l’enregistrement. Je crois que ce sont des titres forts et qu’ils pourraient être arrangés de plusieurs manières.

Comment prenez-vous vos décisions et êtes-vous capables de compromis ? Il doit bien y avoir des morceaux où vous divergiez, non ?

On est peu souvent d’accord mais je crois que chacun est capable d’écouter l’autre et d’essayer des idées qui diffèrent. Je pense que les conflits créatifs sont à la base d’une bonne musique.

Pourquoi ce titre Trouble ? Aucun titre ne se nomme ainsi…

Trouble est la façon dont nous nous situons par rapport à notre processus créatif. Je crois que ce dernier est parfois issu de l’anxiété. Composer et enregistrer une chanson est quelque chose de formidable mais c’est aussi terriblement effrayant. Dès que vous commencez à écrire vous ne savez jamais de quelle manière il va s’achever. C’est à la fois excitant et stimulant mais aussi anxiogène. Tout n’est pas créé sous de telles circonstances néanmoins. Parfois on peut faire une musique qui fonctionne du premier coup. Mais, même si le processus est prise de tête, le résultat est gratifiant au bout du compte.

Comment prenez-vous les chroniques de disques ? Après tout, n’importe qui peut en poster sur Internet aujourd’hui…

Bonnes ou mauvaises vous ne pouvez pas les prendre toutes au sérieux. Beaucoup de mes disques favoris ont été démolis par les critiques quand ils sont sortis. Regardez Ram ou Houses of the Holy ! Aujourd’hui tout le monde les adore. Il ne faut pas se sentir obligés d’être synchros avec la mode. J’espère juste qu’on continuera à faire des disques qui seront appréciés dans quelques années encore.

Que pouvez-vous nous dire sur cette très belle chanson qu’est « Last Words » ?

C’est une jolie chanson en effet. Elle a une étrange histoire. C’est Nathan Michel qui l’a composée et elle avait, à l’origine, un certain texte. On a fini par en utiliser d’autres qui venaient d’un morceau différent. Nathan y a joué de presque tous les instruments.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :