No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Rapid Talk: Interview de Jeremy Jay

Abandoned Apartments est le nouvel album, mi chanté, mi parlé et, par conséquent, favorisant la rêverie de Jeremy Jay (https://rock-decibels.org/2014/01/23/jeremy-jay-abandoned-apartments/). À l’écoute des visions de la Nouvelle Vague française se font jour, des sensations d’un autre monde que le synthétiseur accentue. Ces influences plus sombres envahissent ainsi un univers qui aurait pu être trop pop tout en ne sacrifiant pas à la tranquillité. Rêves ambivalents avec des reprises de Suicide et Siouxsie & The Banshees difficiles à ignorer : ou quand l’illusion côtoie la réalité, comme au cinéma, son autre eldorado.

Qu’avez-vous fait depuis ce hiatus de deux ans entre votre disque précédent et celui-ci ?

J’ai travaillé sur deux films, Belle Épine et Grand Central et tous deux ont été présentés au Festival de Cannes. J’ai aussi beaucoup écrit, travaillé sur plusieurs albums et un autre film dont je suis désolé ne pas pouvoir parler.

Comment avez-vous été contacté pour faire la bande originale de Grand Central ?

J’ai été impliqué car sa réalisatrice, Rebecca Zlowtowski, m’avait appelé un jour pour son premier film, Belle Épine en 2010. Pour Grand Central, j’en ai composé environ 35 minutes. C’était la première fois où j’écrivais réellement quelque chose tout en regardant la scène. Ça m’est venu très naturellement et j’ai beaucoup apprécié.

Peu de gens savent que j’ai été charpentier aux studios Paramount, et que j’ai même eu une carte syndicale en tant qu’accessoiriste en 2005. J’ai également fait des maquettes pour des décors au théâtre de Pasadena et ai aidé à les construire. Être sur un plateau a toujours été un rêve pour moi, et ce depuis l’âge de 5 ans. J’ai aussi tenu pas mal de seconds rôles à Los Angeles ; des shows télé ou quelques films.

Diriez-vous que beaucoup de vos compositions ont une qualité cinématographique, comme si chacune était le produit d’une narration ? En quoi cinéma influence-t-il vos créations musicales ?

Le cinéma occupe une grande partie de ma vie, tout comme la musique. Je pense juste qu’ils coexistent en moi dans un endroit bizarre et non déterminé.

Avec qui avez-vous travaillé sur Abandoned Apartments ?

Je louais des studios et virais tout le monde. Je passais des jours entiers cloîtré et travaillant jusqu’à plus soif. Avec mon groupe, on a enregistré « live » puis on a ajouté les vocaux et, parfois, d’autres instruments. En général c’est ce que j’appelle de la « working music » ce qui signfie pour moi qu’on peut la jouer aussi bien en public qua dans l’enceinte du studio.

On a loué le vieux studio Vogue à Paris. Il date des années 60 et il était très bon marché. C’est un endroit où je souhaite toujours retourner. J’ai mixé le disque à Londres aux studios Musicbox avec l’aide de mes outils habituels : une platine de « reverb » EMT et un Neve Desk AMS 1580 pour régler le « delay » et les « échos.

En quoi Abandoned Apartments diffère-t-il de vos albums précédents ? Avez-vous le sentiment que votre son a évolué ?

Oui, je pense qu’il a beaucoup changé par rapports à mes disques d’avant. Je dirais que j’ai acquis plus de maturité et qu’il est plus raccord avec la direction que je souhaite prendre. Je transforme, affine les choses en permanence et considère la musique un peu comme un sculpteur regarderait son bronze ou sa pierre en me disant : « Qu’est-ce que je peux enlever pour montrer la beauté ? Pour présenter une œuvre aboutie ? »

Pour être plus précis, on pourrait penser que votre période romantique est terminée et que votre approche est plus poétique.

L’humeur est en effet différente même si la notion d’espoir n’a pas totalement disparu (Rires). Je souhaite juste changer et le faire vite, changer de peau. Cet album en est la première manifestation.

Le changement de cadence est flagrant. Développer ce nouveau son vous a-t-il pris du temps ?

Il m’a fallu 3 ans pour le réaliser. La moitié des titres ont été enregistrés en 2010 et ce n’est qu’en 2012 que nous sommes retournés en studio pour terminer l’album. Je dirais presque que ce disque est une compilation. Je suis satisfait qu’il y ait eu une période de gestation.

C’est peut-être cela qui lui donne une certaine cohérence.

Oui, et le fait d’apprendre plus de techniques. C’est la première fois que j’enregistre en analogue. C’est mon goût personnel ; j’adore les bandes, le son analogique et ça a été une véritable expérience pour moi. Mon prochain disque le sera également ; disons que je vais essayer de le faire en utilisant les méthodes du numérique.

Que vous a apporté le fait de vivre à Londres ? Y-a t-il des musiciens de vos précédents albums sur celui-ci ?

Ça a été moitié moitié. Tout ce qui date d’après 2010, «  Covered In Ivy » ou « Graveyard Shift » par exemple a été enregistré avec mon nouveau groupe. Je vais tourner avec eux et ces deux titres sont peut-être ems meilleurs d’ailleurs.

« Covered In Ivy » a beaucoup d’énergie.

C’est une direction dont je suis fier ; elle est plus cohérente, plus solide aussi.

L’instrumentation donne également plus d’importance à la section rythmique.

Nous avons travaillé tous en collaboration. Et chacun a eu son mot à dire. Je crois que cela donne des coups de pinceaux plus amples et riches.

On a dit aussi que vous vous étiez infligé un était d’isolation.

Je ne dirais pas que je me l’étais infligé. Ça n’avait rien à voir avec de la rumination. Je tournais moins, je me concentrais sur la composition, j’avais le temps et surtout il y avait ces deux bandes-sons dont on a parlé et sur lesquelles je travaillais.

23 janvier 2014 - Posted by | Rapid Talk

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :