No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

The Rolling Stones: « Their Satanic Majesties Request »

En l’An de Grâce 1967, le 1° juin très exactement, sortit un album qui sembla à la fois remettre les pendules à l’heure, à savoir rétablir un groupe à un sommet qui lui était contesté, et faire tournebouler ces mêmes pendules puisque une nouvelle ère semblait s’annoncer aux oreilles de la gente rock. Le groupe se nommait les Beatles, l’abum Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band. En novembre de la même année, sortit la réponse (?) de leurs « meilleurs ennemis », celle dont il est question ici. Il est un peu artificiel de vouloir absolument comparer les deux, tout au plus peut-on juste faire mention d’un itinéraire parallèle. Les Stones aussi, en effet, s’essayaient à s’extirper de l’univers rhythm & blues dont ils étaient issus. Des récents titres en étaient le symptome: « Lady Jane » sur l’album précédent avec son délicieux dulcimer, « Paint It Black » et sa tonalité orientale ou le « single » « We Love You »/ « Dandelion » qui faisaient entrer le groupe dans l’ère du psychédélisme. Satanic Majesties suivra la même année, il en est la continuation logique. Qu’ils oit décrié peut se comprendre tant il apparaît comme une anomalie dans la carrière des Stones. Est-il pour autant contre nature? On peut presque considérer que c’est un disque testament dans la mesure où c’est sur cet opus que la patte de Brian Jones (le dulcimer de « Lady Jane » c’était lui) est la plus appuyée. Que se serait-il passé s’il n’avait pas trépassé dans sa piscine? Question vaine mais début de réponse dans le « single » qui sortira au lendemain de ses funérailles (on admire le bon goût de la date): « Jumping Jack Flash ». Satanic Majesties, tout comme Jones, n’auront donc été qu’une parenthèse, ça n’est pas une raison pour ne pas la réévaluer. On pourrait considérer qu’il s’agit d’un sous-Sergeant Peppers, les grands fans des Beatles (comme moi!) ne pourront pas pourtant ne pas être interpellés par les arrangements inspirés du disque, l’instrumentation originale (rythmes africains, mellotrons) et des essais d’orchestrations toujours appropriés. Le psychédélisme c’était aussi la volonté de bouleverser nos repères spatio-temporels, il ne sera donc pas étonnant de trouver des refrains oniriques comme « The Lantern » ou « Gomper », d’autres évocateurs du Moyen-Âge comme « In Another Land » ou des « 2000 Man » « 2000 Light Years From Home » qui, eux, basculent directement dans la science-fiction cosmique. Ajoutons un « single », « She’s A Rainbow » merveilleuse orfèvrerie mélodique, aux harmonies vocales délicates, aux cordes somptueusement orchestrées et au toucher d’un piano dodécaphonique du plus bel effet pour ce qui restera comme une de leurs meilleures compositions. Le seul tribut aux « vrais » Stones sera le riff de « The Citadel » mais même ce titre restera auréolé d’une nimbe faite d’échos et de vocaux comme voilés. Rien à jeter en fait, sauf l’interminable jam psychédélique « Sing This All Together (See What Happens). » Le disque se termine d’ailleurs sur un hymne de bateleur « On With The Show » comme pour bien signifier que le spectacle continue. La parenthèse sera donc bien vite refermée, elle n’en existe pas moins; sans doute pas aussi essentielle qu’on aurait pu le souhaiter, mais pas non plus aussi négligeable que certains en ont jugé. Les Stones ont fait mieux mais, sur le registre qui est le leur, ils ont aussi fait beaucoup pire. Satanic Majesties a une certaine majesté , celle de dauphins faustiens, ceux à qui Satan aurait donné le talent et réservé à d’autres la Grâce du génie.

9 janvier 2014 - Posted by | Oldies...

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :