No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

San Fermin: « San Fermin »

Ellis Ludwig Leone est diplômé de musique de l’Université de Yale et compte maintes et maintes années d’éducation classique. On a beau vouloir éviter les a priori ce background ne peut qu’attirer des conceptions préétablies quand on entre dans l’univers de San Fermin ; la plus évidente étant de se dire qu’on allait avoir à faire à un album de la plus grande ampleur, ambitieux au point de sonner pompeux voire pompier.

Pour étayer cette préconception, il faut savoir que San Fermin a été crée dans un environnement, certes solitaire mais au Banff Center, un centre culturel situé à Alberta au Canada qui se décrit comme « le plus grand incubateur d’art et de créativité au monde ». La genèse et la conception du disque en ont donc été le reflet et cette profondeur est évidente tout au long de ses 17 plages qui regorgent d’idées et d’imagination qui, dans la plupart des cas, vont s’amalgamer avec fluidité.

Les vocalistes que Ludwig Leone a invités permettent de lier entre elles ses compositions d’essence classique dans un mode « new folk » où se mettent en place des chansons d’amour. Cela donne une humeur plus pop, enjouée et accrocheuse, aux antipodes de l’abstraction que la « Grande Musique » véhicule souvent.

Concrètement cela se traduit par un entremêlement où folk-pop et classique se fondent en créant deux mondes : l’un est chaleureux, accueillant et nous conte une histoire d’amour, l’autre est fait d’interludes qui nous focalisent ailleurs en évoquant la violence et, ce faisant, nous éloignent du conte qui est ici narré.

Ces contrepoints font de San Fermin un disque à écouter avec circonspection tant ils semblent parfois superflus et même sans cohérence avec l’ensemble mais ça ne devrait pas surprendre quand on considère qu’il s’agit d’un premier album.

Jess Wolfe et Holly Laessig, du groupe indie pop Lucius, alternent les parties vocales, tenant la barre l’une après l’autre et engageant une conversation avec le somptueux baryton de Allen Tate. Ainsi se noue une relation qui sera la nœud du disque et qui se poursuivra sur toute la durée de l’opus. « Methuselah » abrite ce triumvirat de voix de façon magnifique et sert de vitrine à la vision de Ludwig Leone. Wolfe et Laessig fournissent de somptueux vocaux incitant à la rêverie et Tate sonne comme la synthèse de ce que Matt Berninger (The National) et Zach Condon (Beirut) créeraient si ils travaillaient ensemble.

Ces inclusions font de San Fermin beaucoup plus que la plupart des albums de Classique. Grâce à elles, l’histoire d’amour apparaît particulièrement solide, même si elle ne semble pas avoir d’épilogue discernable tant le dernier titre, « Altogether Changed », fait partie de ces interludes qui ne mènent nulle part ou nous interpellent réellement. L’important sera la puissance de l’émotion, angle sur lequel tout San Firmin se construit permettant au disque d’être autre chose qu’un album relativement plaisant à écouter mais ne nous touchant pas profondément.

« The Count » parviendra à réunir sous la même bannière pop étincelante, rock ardent et bouleversante composition classique sur une durée de quatre minutes, synthétisant à merveille de quoi est faite la vision constamment mouvante de Ludwig Leone. On y trouvera ballades de trouvère (« Casanova »), choeur (« Torero ») et déchirement sentimental (« In The Morning ») le tout avec le même niveau de talent.

San Firmin est donc un album de musique classique accompagné d’une histoire d’amour et de peine de cœur ; c’est aussi un disque de folk-pop servi par de merveilleuses compositions classiques et des arrangements exceptionnels. Il s’insère parfaitement dans ces deux univers et son audace à nous offrir une œuvre de pop baroque est tout bonnement irrésistible…

9 décembre 2013 - Posted by | Chroniques du Coeur | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :