The Limiñanas: « Costa Blanca »

Depuis leur 1° album en 2010, le duo perpignanais des Limiñanas ont indubitablement créé leur propre son. Leur amalgame de garage pop et de « yé yé » français leur permet, sur ce 3° opus, d’apporter fraîcheur et vivacité à une musique qu’il serait aisé de qualifier de désuète.

Costa Blanca suit Crystal Anis (2012) et, bien qu’il puisse sonner familièrement à l’oreille des fans, le groupe parvient à maintenir un niveau d’excitation qui ne se dément pas. Il y a d’abord ce côté « cool » avec ces vocaux à la Gainsbourg délivrés avec désinvolture sur fond de cithare, de basse et de tambourin (« Je Me Souviens Comme Si J’Y Étais » qui ouvre l’album), mais, plus que simple imitation, c’est avant tout un hommage à tous ces chemins musicaux qu’ils ont sillonnés auparavant.

« My Black Sabbath » se distingue par une ligne de basse pleine de « groove » et, avec des textes la plupart chantés en Français, ils ont cette faculté à fonctionner comme des riffs exotiques et séduisants sur une musique aux racines anglo-saxonnes.

Des éléments demeurent reconnaissables : l’orgue et le banjo utilisés sur « Salvation », le tête-à-tête vocal masculin/féminin caractéristique sur « Votre Côté Yé Yé M’Emmerde » ou « Rosas » ou cette guitare pleine de fuzz qui s’injecte dans Costa Blanca. « Votre Côté », en particulier met en évidence cette option fuzz et sa forme répétitive rappellera le « Sister Ray » du Velvet.

On aura pourtant la sensation que The Limiñanas élargissent leur univers musical sur cet album. « Liverpool » met en valeur une guitare coustique aux tonalités espagnoles et donne au disque de merveilleusement texturées atmosphères méditerranéennes. Ce seront ces nouvelles influences qui nuanceront l’album et lui procureront un aspect nostalgique (Lio a grandi en Espagne) qui accentuera le caractère intimiste de l’album. Le panorama sonique sera également plus ample avec des clins d’oeil à la Nouvelle Vague comme sur « La Mercedes de Couleur Gris Métallisé » ou une touche de western spaghetti ‘« Cold On The Ground »).

Au toal, Coata Blanca montre l’habileté avec laquelle le duo est capable d’évoluer entre divers registres. Il est la preuve que la « French pop » a de moins en moins à rougir de sa comparaison avec ses anglicistes collègues.

★★★½☆

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.