No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Billie Joe + Norah: « Foreverly »

Que le leader de Green Day, Billie Joe Armstrong, s’acoquine avec Norah Jones pour ré-enregistrer des chansons originales datant de 58 des Everly Brothers ne peut que soulever certaines questions. La première serait : Comment se sont-ils connus ? Réponse : En ayant boss avec Stevie Wonder. Armstrong n’est-il pas un punk ? Pas vraiment. Finalement : Pourquoi ? Ce dernier a toujours aimé le disque a a voulu le recréer.

Réponses simples finalement qui surmontent les réticences initiale et qui donnent un résultat charmant et digne de l’hommage que The Everly Brothers avaient enregistré comme hommage à la folk traditionnelle sous le nom de Songs Our Daddy Taught Us.

Mis en place et mixé en seulement neuf jours, le disque est solide ; un retour en arrière efficace vers une période où régnaient harmonies simples et instrumentation dépouillée.

Armstong et Jones s’approprient avec talent des standards comme « Long Time Gone » (une chanson rendue fameuse par Tex Twitter) ou « Who’s Gonna Shoe Your Pretty Little Feet ? » Les harmonies du duo s’imbriquent parfaitement sans que l’un des artistes ne prenne le pas sur l’autre et certains titres, comme le morceau d’ouverture « Roving Gambler » utilisent à merveille ce format de chant et contre chant dans ce récit de deux parents demandant à leur fille de ne pas partir avec un joueur. « Lightning Express », lui, mettra en valeur les textes plutôt que les harmonies grâce aux arrangements tout simples et plaintifs d’une pedal-steel.

Le disque va pourtant traîner un peu en longueur vers la fin, ceci étant du au tempo similaire des morceaux. Même s’il n’est pas ouvertement long (12 titres) chaque composition se fait un peu laborieuse. Ceci dit, si Jones et Armstrong avaient fait des efforts pour les accélérer, les résultats auraient sans doute été désastreux et n’auraient pas rendu service à l’orginal.

Tel qu’il est, Foreverly est un disque hommage charmant et intelligent. Il peut sonner aux antipodes de ce que Jones et Armstrong ont fait de plus « rootsy » mais on ne peut s’empêcher de penser que leur travail n’a pas été exécuté à contre-emploi.

★★★☆☆

2 décembre 2013 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :