No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Okkervil River: « The Silver Gymnasium »

Will Shelf a toujours fait preuve d’ambition, il est sans doute le prototype de l’ariste articulé générateur de « concept albums », mais il l’a toujours été avec passion et conviction, ainsi que des vocaux et des textes craquelés sous l’effort qu’il y mettait.

The Silver Gymnasium, septième album de Okkervil River, voit le groupe un peu plus contrôlé et les émotions également un peu plus tenues en bride. Cela donne un sens d’unité, de focalisation au disque, les précédents étant bien trop souvent dispersés voire laborieux comme le précédent I Am Very Far.

Ce disque est censé être une autobiographie de l’enfance du chanteur, et, si lustrage il y a, ça n’est pas celui de d’une grosse production mais plutôt celui des souvenirs revécus par Shelf.

La musique même est un hommage à cette époque (les années 80) . Ce ne sont pas pourtant les soubresauts sémillants de la New Wave mais plutôt le muscle du rock ‘n’ roll. « Down Down The River » (ce devait être le titre original de l’album) fait preuve d’une verdeur empruntée à Bruce Springsteen et au E Street Band avec claviers et cuivres énergisants. Shelf, tout au long du disque, évoque les mystères de la prise d’âge, de la conscience de la mort et de la compréhension de la cruauté du monde d’une voix qui n’est pas sans rappeler la célérité expressive de Pete Townshend. « Stay Young » le bien nommé sera comme un écho de Bob Seger et, partout ailleurs, on retrouve un « classic rock » rappelant Fleetwood Mac ou Tom Petty sans pour autant perdre la singularité que constitue Okkervil River.

On retrouvera donc un volontarisme vecteur de force et d’espoir, mais The Silver Gymnasium est par dessus tout une disque qui fend le cœur. Tout comme The Suburbs de Arcade Fire, se fait le portrait de la terreur et de l’exaltation qu’on peut éprouver à se sentir libre dans un monde nouveau dont on ne possède pas encore les armes qui nous permettraient de le comprendre. De ce point de vue-là c’est le premier opus ou Shelf montre une certaine humilité; une nouvelle attitude pour un tout nouvel artiste.

★★★½☆

18 novembre 2013 - Posted by | Quickies |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :