No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

No Age: « An Object »

Sur Everything In Between en 2010, No Age a nettoyé un peu son son de manière a mettre plus en avant ses mélodies et à créer un contraste assez excitant entre riffs harmonieux et une dissonance toujours prompte à pointer le bout de son nez. Sur ce disque suivant, No Age, le chanteur vocaliste Dean Allen Sprunt et le guitariste Randy Randall continuente d’explorer de nouvelles tonalités ainsi que des structures et une intsrumentation qui se veulent sans âge si on prend le titre de l’album au pied de la lettre.

Intérêt vers le raffinement donc, éloignée des racines punk initiales, avec une production minimaliste une attitude beaucoup plus « laidback » pour un album qui se définit en ces termes : simplicité et retenue. Mais toute médaille a son revers, ou tout revers sa médaille, dans le mesure où cette retenue à utiliser ce mélange où la clameur faisait bon ménage avec la cacophonie et sa formule de riffs accrocheurs affaiblit la dichotomie qui faisait de No Age un groupe exemplaire dans le registre qui a servi de socle à sa formation.

Du coup, par rapport à l’album précédent, celui-ci ne marque pas une rupture dramatique des trois disques précédents. Les guitares demeurent craquantes et à mi-chemin entre le grunge et le garage et des rythmes post punk mêlés à des atmosphères qui rocailleuses qui brumeuses. Quelques exceptions se font jour pourtant, la frénésie de « Circling With Dizzy » jalonnée d’effets de feedback et le savoureux morceauy alt-rock que constitue « Lock Box ». Les tempos seront donc plus atténués, préférant le « drone » à l’explosif (« Commerce, Comment, Commence ») et du shoegaze aux atmosphères menaçantes comme sur « A Ceiling Dreams Of A Floor » et son intereraction entre guitare et claviers.

An Object restera un objet ni trop dissonant ni trop abrasif, on ne pourra le soupçonner d’être anesthésiant ni excessif, mais demeurera imprévisible et trop erratique. Seuls les thèmes (malaise politique, instabilité sociale et le cynisme véhiculé par la complaisance) auront raison de ce compromis. C’est un peu maigre pour un disque qui, de compromis, passe à la compromission.

★★½☆☆

2 octobre 2013 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :