No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Travis: « Where You Stand »

Travis n’a jamais été un groupe cool malgré le fait qu’il ait enregistré avant le Parachutes de Coldplay deux albums de la même trempe que celui-ci. Dix ans plus tard l’analogie est désormais obsolète car, alors que ces derniers ont, depuis, embrassé des atmosphères grandiloquentes et un prêchi-prêcha à vocation universelle. Travis, tout en maintenant cette touche diaphane, a choisi de poursuivre qui a peu varié faite de brit-pop post Oasis et de climats plus introspectifs.

Where You Stand est son septième opus et il est un excellent rappel des qualités dont Travis peut faire preuve. À la différence de Ode To J. Smith et de ses guitares rocailleuses , ce nouvel opus adopte une disposition contemplative et mature

L’instrumentation s’y conforme, des accords acoustiques frappés méticuleusement, des guitares électriques étouffées mettant en valeur le cliquetis d’un folk aéré (« Mother »), une power pop mesurée « On My Wall ») ou un rock étincelant (le carillon de la chanson titre) et les subtiles poussées de la batterie de Neil Primrose. La voix de Fran Healy s’ajuste à ce climat avec une résonance dont la patine est comme érodée sur des morceaux comme « A Different Room », la ballade « Moving » ou l’inflexion crooner qui jalonne un « The Big Screen » accompagné au piano.

En dépit de ce registre familier, Travis va pousser proposer quelques excursions aventureuses ; « Another Guy » sera tranchant et presque vindicatif avec une mélodie en accords mineurs, « New Shoes » verra Travis épouser la cause hip-hop avec un piano dépouillé rappelant un Gorillaz unplugged., enfin « Boxes » réintroduira une production luxuriante et chargée de type Death Cab For Cutie.

Disque agréable, parfois même beau, on sent un Travis là où il se situe (where he stands), partagé entre cette mélancolie qui lui va si bien et essayer de se mettre à jour par rapport à des nouvelles tendances qui sont presque contre nature pour lui. Le groupe a toujours son propre univers, on ne peut qu’apprécier l’effort qu’il fait à vouloir embrasser un autre monde de ses bras.

★★★☆☆

29 septembre 2013 - Posted by | Quickies |

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :