Glen Campbell: « See You There »

Depuis l’annonce qu’il était atteint de la maladie d’Alzheimer, Glen Campbell, 77 ans, a reçu maints hommages de la scène musicale, pas uniquement country d’ailleurs. Récompensé par un Award et un Grammy, il a même effectué une tournée qu’on peut considérer comme étant un adieu personnel. See You There est clairement son dernier album et il est, une fois de plus, une invocation religieuse de la foi qui a guidé Campbell depuis qu’il s’est détourné de la drogue et de la boission suite à son divorce.

En 2011, en même temps que Ghosts on the Canvas, il avait ré-enregistré quelques parties vocales de quelques unes de ses meilleurs compositions. Sur cet ultime opus, les producteurs Dave Kaplan et Dave Darling leur ont donné un nouveau coup de pinceau et, même si le parfum country est toujours présent et imprégné de nostalgie (sur « Wichita Lineman » ou l’instrumental à la slide guitar qu’est « True Grit » par exemple), de nombreux changements sont perceptibles, teintés pour la plupart d’une aura crossover country propre aux années 70.

La décision la plus importante a été de supprimer toute trace des cordes qui orchestraient les versions originales, donnant à l’ensemble une tonalité plus intime et dépouillée qui n’est pas sans évoquer les ultimes enregistrements de Johnny Cash si on peut oser cet apparentement avec deux personnalités si différentes. « Rhinestone Cowboy » est ainsi accompagné par une guitare acoustique frappée délicatement avec une légère section rythmique qui revisite cet vieil hymne et le transforme en une aria country. « By The Time I Get To Phoenix » est dépecé de toute enjolivure pour ressembler à du Burt Bacharach et les arpèges rapides de « Gentle on My MInd » ont été remplacés par des discrets accords de guitare électrique.

Fondamentalement, ce qui importera est également la façon dont la voix de Campbell a muté : au temps jadis il était un ténor, aujourd’hui il sonne beaucoup plus comme un baryton. Cette métamorphose donne aux morceaux une tonalité plus empirique et réelle et apporte plus de poids à ce qui pourrait être son épitaphe quand il annonce sur « Galveston » : « I ‘m so afraid of dying ». C’est désormais un vieil homme qui chante et il nous offre ici un magnifique adieu dont les jeunes musiciens feraient bien cas de s’inspirer.

★★★★☆

One Response to Glen Campbell: « See You There »

  1. bistroman dit :

    Je connaissais Glen Turner et Clan Cambell mais Glen Cambell, jamais vu…
    😕

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :