Julia Holter: « Loud City Song « 

Ce troisième album de Julia Holter est le premier qui soit véritablement enregistré en studio, à ce titre Loud City Song est indéniablement plus ambitieux que Ekstasis et Tragedy dans la mesure où sa cérébralité voit la chanteuse s’éloigner de références à la mythologie antique pour aborder des thèmes plus contemporains.

Sa narration sera assurée par Gigi, une coutisane qui donne son nom au film sis dans le Paris des années 50 transposée au Los Angeles d’aujourd’hui et formant le noyau de ces célébrités érudites qui vont graviter tout au long de l’album. L.A. Lui donnera donc son titre, son cadre et le ferment des riches émotions qui parsèment le disque.

Ces références, Gigi et la ville, sont souvent explicites ; Maxim’s est un café du film, où la personnage principal est boudé par la haute socitété et les « green fertile valleys » de « In The Green Wild » ne peuvent avoir pour lieu que Los Angeles.

L’intelligence de Holter est d’y faire appel de manière subtile d’où ce qui germe est le fait d’émotions et non pas de spécificités. Le tendre amour exprimé dans « Word » ainsi que la honte vitriolique de « Maxim’s II » ou le climat hors d’atteinte de « Horns Surrounding Me » sont ainsi véhiculés, qui par une cascade de cymbales, qui par des crépitement rappelant des flashes de paparazzi, qui par des images fortes (« le ciel au yeux verts et vif », « « bos du sang et dis le moi en face ».

Holer n’a, non plus, aucune timidité à exploiter le potentiel de son bariton à la fois brut et damassé et de le nimber d’harmonies délicates dans leur expression du désir comem sur « Hello Stranger » ou « Running Through My Eyes ». Elle passe ainsi sur « Maxim I » du cri laconique au chuchotement paranoïaque ou de trilles mélodieuses et irréelles à des exclamations essouflées sur « In The Green Wild ». On parcourt ainsi, non pas de simples vocalises mais un personnage, Gigi, évoqué au travers de ses différentes voix.

Rien ne serait alors plus désolant que des arrangements qui nauraient pas été à la hauteur. Ça n’est heureusement pas le cas et Loud City Song est beaucoup plus proche de la musique expérimentale que d’une resucée folk ou singer/songwriter. Les orchestrations sont exquises ; que ce soit la ligne de basse en cordes de « In The Green Wild » ou le jeu cristallin des cymbales sur « Hello Stranger ». Il y a, en effet, une clarté de diamant qui se découvre tout au long d’une production assurée par Holter et Cole Marsden Greif-Neill avec un équilibre entre la pesanteur dutrombone de « This Is A True Heart » contrebalancée par des bruissements de claviers et des harm-onies soyeuses. Le twang basillard de «  City Appearing » s’intègrera parfaitement dans le mix et la narration souvent parlée de Holter rappellera un John Cage auquel la chanteuse rend souvent hommage. Son influence se ressent d’ailleurs aussi bien dans l’instrumentation que dans son utilisation de l’espace et la gamme dynamique étourdissante qui parcourt des compositions comme « Maxim’s II » (piano comme enseveli, vocaux comme noyés se gonflant tous deux dans une cacophonie jazzy).

Ce sera pourtant dans l’utilisation que la chanteuse fait d’enregistrements pris sur le vif que la prégnance de Cage se fera le plus jour. On retrouve ixi l’amour du compositeur pour le son en soi (le couinement que ferait un pneu brûlé et les voix désincarnées qui donnent à « This Is A True Heart » son tranchant et la le frémissement aquatique à « He Is Running Through My Heart » apportant une touche intime et plaintive à « He Is Running Through My Heart ».

Loud City Song est un album empli de textures et de tonalités qui peuvent parfois sonner abstraites et froides. Il est pourtant constellé de mid-tempos qui procurent torpeur et émotion, voire même une certaine lascivité. Peu de personnes peuvent se vanter de travailler ainsi à la lisière de l’avant-garde et de la « soul » sophistiquée ; raison de plus pour ne pas passer à côté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :