No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Dave Davies: « I Will Be Me »

Dave Davies veut-il qu’on se rappelle de lui comme le guitariste fondateur du hard-rock ? Ce peut une impression initiale à l’écoute du début de son nouvel album solo sur « Little Green Amp » et, à un degré moindre, « Livin’ In The Past » où il, s’emploie à composer des titres qui semblent « sampler » les premiers hits des Kinks comme « You Really Got Me » ou « All Day And All Of The Night ».

I Will Be Me est, fort heureusement, autre chose que cela. Après divers problèmes de santé, Davies essaie de rebondir ici avec l’aide de punkers comme Anti-Flag, d(un groupe « rootsy » comme The Jayhawks (une délicate ballade, « Remember The Future »), d’une chanteuse bulgare Geri X et de Chris Spedding assurant la six cordes sur « Cote du Rhone (I Will Be Me).

Dire qu’il s’agit d’une déclaration d’intention ne serait pas exagéré dans la mesure où Davies continue de se voir comme un marginal. Sur « Mainframe » il incrimine la technologie et « I Will Be Me » le voit chercher à s’échapper d’une société où « You can’t do what you want anymore ».

Les meilleurs surprises de cet album seront, en fait, les chansons les plus douces. Souvent alimenté par le cynisme, Dave Davies célèbre ici l’arrivée d’un petit fils (« The Healing Boy ») ou le romantisme avec « When I First Met You », duo interprété avec Geri X. « The Actress » se voudra plein de soul et « Midnight in LA », le titre le plus anglais, offrira lui une excursion dans l’avenue des souvenirs.

On pardonnera certaines références à l’ufologie (son péché mignon) et on célébrera plutôt la quête existentielle qu’il a toujours menée : « Walker Through The Woods » évoquera son flirt avec l’Hindouisme, dont la trace est perceptible avec la cithare de « The Healing Boy ».

Les refrains de Dave n’ont sans doute pas la force de ceux de son frère Ray mais il est capable de se monter subtil et délicat ; après tout il est le compositeur de « Death of a Clown ». I Will Be Me permet d’effleurer une partie de la agie des Kinks, le son y est parfois, les vocaux aussi même, et c’est la dernière leçon qu’on peut tirer de ce disque, le rôle de Dave aux harmonies montre par comparaison ses limites en tant que lead vocalist.

★★★½☆

24 juin 2013 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :