Beady Eye: « BE »

Les premiers mots prononcés sur le deuxième album du groupe de Liam Gallagher Beady Eyes, sont révélateurs du sens que va prendre BE : « Say what you believe ». Ainsi va débuter « Flick of the Finger », ainsi va se développer un disque dans le quel le combo va suivre ses instincts, donner libre cours à ses pulsions créatrices et mettre la barre un peu plus haut que les restrictions apportées par le rock and roll de base.

Les guitares en dents de scie et les cuivres solennels qui ponctuent ce titre d’ouverture sont comme une fanfare annonciatrice du spectacle que sera cet opus. Des nuances de clairs obscurs vont étaler leurs vaguelettes tout au long de BE laissant l’auditeur dans une anticipation de ce qui va arriver d’autant plus grande qu’on n’attendait pas grand chose d’un groupe dont le premier album avait tant déçu.

Le verbe va être empli d’une spiritualité qui va prendre tout son sens dans « Soul Love » le morceau qui suit. Celui-ci est le premier à être marqué par le sceau de David Sitek un producteur indie renommé pour détester sa nature parfois peu aventureuse et dont la patte « ambient » va s’approprier la deuxième partie de l’album.

Celui-ci va ainsi osciller entre abysses et transparence, fluctuations dont le précédent effort était si malheureusement dépourvu. « Second Bite of the Apple » navigue dans des tréfonds ténébreux et glauques, mais la mélodie à la Beatles de « Iz Rite » étincelle tout comme le rythme façon Bo Diddley halluciné de « Shine A Light ». Le disque va s’autoriser ces rêveries cardinales et va faire de BE une odyssée enchanteresse.

« Ballroom Figured » privilégiera une guitare acoustique sèche mais l’épique « Start Anew », plutôt que de s’envoler vers la grandiloquence s’enveloppera dans la tendresse. Chaque composition aura sa petite part de magie et ces deux derniers titres formeront un final psychédélique séduisant, non seulement par leur gracilité, mais par les méditations de Gallagher sur la vie, l’amour ou le futur. En chantant sur « Start Anew » : «  Got the whole world in our hands », il ne pouvait en dire plus ou mieux…

★★★★☆

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :