No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Rapid Talk: Interview de Bill Ryder-Jones.

Après If qui était un album assez abstrait inspiré d’un livre « expérimental » d’Italo Calvino (voir: https://rock-decibels.org/2012/10/31/si-un-matin-un-guitariste/), Bill Ryder-Jones nous présente ici un album d’une toute autre facture, plus dépouillé et dans la veine de ce que pourrait être un opus d’auteur-compositeur… Alors changement ou pas pour l’ex-guitariste de The Coral ?

© Matt Thomas © Matt Thomas

Quand on écoute ce deuxième album solo, on se demande si votre appréhension de If a changé…

Je crois qu’il a toujours un sens pour moi. En travaillant sur celui-ci je me suis, en fait aperçu, que If était beaucoup plus personnel que je ne le pensais et que ça n’était pas un regard objectif sur quelqu’un d’autre.

Que penser de celui-ci dans ce cas ?

Il l’est tout autant ; mais cette fois-ci je fais un peu comme Charles Bukowski quand il parle de lui, avec quelques embellissements. Il n’y a pas de place pour l’interprétation, c’est une expérience qu’on partage avec celui qui l’écoute comme avec Nick Drake ou Leonard Cohen. Ce sont des gens dont je peux me sentir proche car il s’agit d’échanger des émotions.

Le titre d’une de vos chansons, « There’s A World Between Us », semble résumer l’album…qui ne sont pas les bonnes, qui n’arrivent pas au bon moment…

Ce thème de la perte est inhérent au disque. Sur cette chanson particulière, il s’agit d’une mort de plus.

A Bad Wind Blows In My Heart aurait pu faire penser à un album épique soniquement, or on a l’impression que vous essayez encore de vous débarrasser de cette image de guitariste.

Avec If c’était flagrant. Je sais qu’on ne peut s’empêcher de penser que je suis devenu un singer-songwriter mais ça n’est pas ainsi que je souhaite être perçu. Je veux être vu comme un musicien ; il se trouve que je chante sur celui-ci mais rien ne dit que j’en ferai beaucoup d’autres où ce sera le cas. Il se peut très bien que je fasse du hip-hop dans le futur.

Le piano semble être plus en avant que le guitare d’ailleurs.Song » et

Elle a sa place vous savez mais je ne suis pas non plus simplement un guitariste.

Même avec the Coral, vous étiez plutôt discret…

J’étais peut-être timide, je ne sais pas. Mais vous savez, quand vous jouez les morceaux de quelqu’un d’autre il est important de ne pas se les approprier. Quand j’avais 16 ou 18 ans, j’adorais Jimi Hendrix, Peter Green Eric Clapton mais vous devez être assez malin pour savoir quand vous arrêter. Souvent, avec The Coral quand on me demandait des grands solos, il fallait vraiment me les extirper.

Vous saviez à l’avance comment cet album allait sonner ?

J’avais envoyé des « demos » de « Hanging Song » et «  A Bad Wind Blows In My Heart » faites dans mon petit studio. Domino a beaucoup aimé et a insisté pour que je fasse cet album. Ça me semblait très naturel de réaliser quelque chose d’intimiste, sans être trop prêchi prêcha. Il fallait que ce soit calme, facile à écouter.

Vous semblez mettre le piano plus en avant sur ces compositions.

Je les ai toutes écrites dessus. Je suis un meilleur guitariste mais je ne voulais pas retomber dans les vieux trucs que je connais. Il est beaucoup plus plaisant d’être assis devant un piano, ça vous donne la sensation de faire réellement quelque chose plutôt que de gratter des accords au hasard tout en regardant la télé. J’adore les vibrations engendrées par le piano, les silences dans la musique m’intéressent beaucoup et le piano est l’instrument rêvé. En outre comme je savais que ce disque allait être celui d’un singer-songwriter, je souhaitais aller à l’encontre de cette démarche axée uniquement sur la guitare.

Y-a-t’il un lien entre ces deux plages qui se suivent : « Christina, That’s The Saddest Thing » et « You’re Getting Like Your Sister » ?

On y parle deux fois de Christina mais ça ne sont pas les mêmes personens. Je voulais un peu obscurcir mon propos. Au départ c’était censé être plutôt drôle mais c’est devenu une suite assez sombre.

Elles sont assez poignantes et dans tout le disque il y a une atmosphère de résignation hormis sur « Wild Swans » où vous déclarez : « Ça n’est pas fini, avant que je ne dise que c’est fini. »

C’est une chanson assez simple mais qui décrit un amour un peu étrange. Sans doute est-ce pour cette raison que je lui donne cette tonalité plus assertive. La femme est plus âgée et elle dispose donc de tous les atouts si on peut dire. Au bout d’un moment il ne peut plus supporter ce déséquilibre et surtout le fait qu’on lui dise que tout est terminé. C’est une composition où il y a de la rage…

« He Took You In His Arms » traite de la jalousie.

Il s’agit d’un souvenir que j’ai eu quand un enfant de mon école à été enlevé. J’avais ressenti une énorme peur et j’ai essayé de la travestir de cette manière ; une chanson d’amour alors que c’est avant tout le point de vue du père…

Tout est personnel dans ce disque, même si vous mentionnez très peu de noms de personnes ?

Tout l’est, ou plutôt tout est vrai. Ça peut être des personnes qui ont fait partie de ma vie, ça peut être une émotion… « Lemon Tree » fait allusion à une ancienne petite amie qui, tout comme moi, a dû surmonter des problèmes mentaux.

Vous me tendez la perche pour que je vous demande si il y a eu un élément cathartique dans ce disque (Rires).

Je sais de quoi je parle, et ça fait 15 ans que je travaille avec des gens qui comprennent ce type de choses. Ça fait toujours du bien de pouvoir en parler et j’espère vraiment qu’il y aura des gens qui s e reconnaitront dans les choses évoquées et qui, eux aussi, y trouveront matière à catharsis.

asjhhsshh

2 juin 2013 - Posted by | Rapid Talk

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :