No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Vampire Weekend: « Modern Vampires Of The City »

Jamais n’a été donnée la sensation que Vampire Weekend puisse durer. Leur esthétique soignée tout comme leur pop teintée de tonalités africaines ne suggérait la longévité sur un Vampire Weekend datant de 2008. Contra en 2010 avait continué sur le même registre et Modern Vampires Of The City aujourd’hui est la fin de ce que le leader Ezra Koenig une trilogie.

Demeure donc l’attitude séduisante et arrogante d’un groupe avec, pour seul changement, le fait que celle-ci s’est enjolivée, sophistiquée et est devenue plus raisonnée.

En effet, à l’inverse des deux précédents opus qui ne brillaient que par moments, Modern Vampires sonne comme s’il avait été réfléchi de bout en bout. En une période où règne la segmentation, on pourrait presque qualifier ce disque de travail conceptuel dénué de concept.

Les meilleures compositions sont les jams les plus lentes mais chaque moment semble vouloir faire partie d’un tout plutôt que de s’escrimer à sonner comme des bribes où les « hits » seraient confectionnés et étoffés pour le plaisir de l’être.

Le disque comme de manière précautionneuse, avec un mélancolique « Obvious Bicycle » qui penche plus du côté des Kinks que de Paul Simon. Ce morceau introduit une coloration qui va parcourir le reste de l’album ; celle de compositions où les couches musicales sont soigneusement agencées. « Step » en est la confirmation et c’est également le meilleur morceau de Modern Vampires. En effet, il commence de manière presque timide avec une basse au rythme stableet un clavecin doucereux. Les vocaux deviennent peu à peu plus éloquents, habiles et articulés (références au Temple d’Angkor) tout en conservant un côté chantonnant. C’est un titre déconcertant et cryptique mais impérieux.

Le groupe aura néanmoins l’intelligence de délaisser ses penchants intellectuels et une instrumentation classique pour, sur « Diane Young » et « Finger Back », fournir un ballast punk à son album. Enfin, « Ya He » se voudra polémique puisqu’il référencera Dieu et Outkast et apportera la petite touche nécessaire pour que l’on continue de parler un petit moment encore de Vampire Weekend.

★★★½☆

28 mai 2013 - Posted by | Quickies | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :