No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Cold War Kids: « Dear Miss Lonelyhearts

Depuis ses tout premiers albums, Cold War Kids a été un groupe à la recherche de son identité, ou plutôt dans la volonté de réaliser le disque pop-rock parfait. Ce 4° disque s’inscrit dans la même démarche et, une fois de plus, il ne réussir que partiellement dans cette tâche. D’une façon générale Dear Miss Lonelyhearts va modfiier subsentiellement son approche (peut-être grâce à l’arrivée du guitariste de Modest Mouse Dann Gallucci) en se penchant sur des territoires nouveaux pour lui, de l’electro assez pétillantt et des petites touches expérimentales.

Ce changement de tempo et de style va par contre profondément obérer l’élan du disque. Si celui-ci s’ouvre sur un « Miracle Mile » au piano décapant et si « Lost That Easy » ou « Jaibirds » conservent leur facette « power pop » et une énergie façon Killers, surtout avec les vocaux de Nathan Willett, le reste de Dear Miss Lonelyhearts va s’avérer plus laborieux.*

Des morceaux comme « Tuxedos » sont des plongées dans l’assonance dont on se demande comment le groupe ne s’y noie pas et « Bitter Poem » sera la seul e composition efficace dans ce qui est tentative d’explorer le post-rock.

La production de Lars Stalfors (Mars Volta) suivra ces hauts et bas ; brillante quand il s’agira d’accompagner le dérangeant et apocalyptique « Dear Miss Lonelyhearts » ou le shoegaze de « Fear And Tremblin », beaucoup moins inspirée quand il s’agit de mettre en place les « scratches » sur « Tuxedos » ou « Water & Power ».

On trouve néanmoins quelques évolutions intéressantes ne serait-ce que dans la voix epressive et introspective de Willett rappelant qui Billy McCarthy, qui Billy Corgtan sur « Bottled Affection ».

Au total, Dear Miss Lonelyhearts ne sera pas l’album auquel CWK aspire, il ne sera même pas son meilleur opus. Le disque, en effet, sonne singulièrement détaché en raison de sa cadence irrégulière et, même si on ne peut critiquer la volonté de CWK d’évoluer, on sera en droit de préférer l’époque où les Californiens de Long Beach se cantonnaient dans un registre où ils étaient plus compétents.

★★★☆☆

8 avril 2013 - Posted by | Quickies |

Un commentaire »

  1. […] de leur musique. Hold My Home n‘est qu’à peine un départ de leur précédent opus, Dear Miss Lonelyhearts, mais des titres comme un fracassant « Alll This Coud Be Yours » qui ouvre l’album et les […]

    Ping par Cold War Kids: « Hold My Home  | «No BS: Just Rock & Roll! | 29 novembre 2014 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :