No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Thao And The Get Down Stay Down: « We The Common »

Curieux ensemble que ce Thao and The Get Down Stay Down ; une chanteuse indie folk dont on pourrait comparer la voix à celle de Cat Power ou Fiona Apple délivrant des chansons délicates aux antipodes des vocalistes exacerbées qu’elle rappelle. Ce troisième album, We The Common, la voit s’en affranchir et flirter avec des idées nouvelles où la pop rythmée se taille la part du lion.

On a alors droit à un disque bouillonnant à la voix pleine de faconde et aux arrangements manipulant avec inspirations toutes les recettes capables de prodiguer fraîcheur et clarté. Le morceau d’ouverture, « We The Common (For Valerie Bolden ») offre un délicieux banjo se payant le luxe de tempos funky et « Human Heart » balaie avec aisance tout ce que la soul de Memphis peut représenter. Un duo avec Joanna Newsom, « Kindness Be Conceived » , est un pur joyau de folk à deux voix confirmant l’éclectisme inspiré de Thao Nguyen.

Au travers de ses appétences, elle n’est pas pour autant une vocaliste dénuée de passion même si celle-ci de manifeste au travers d’une attitude décalée à la Tom Waits. Le plus intéressant reste en effet ce qui en fait une artiste engagée (elle travaille pour the California Coalition for Women Prisoners) ce qui donne émotivité et passion à ce qu’elle entreprend (« We Don’t Call », le semi chuchoté « The Way Down » où sa voix rauque se prend d’une sensualité qui ne demandera qu’à s’envoler sur « Every Body »).

Il ne faudrait donc pas se fier à l’apparente désinvolture qui préside à ses compositions qui veulent respirer bonne humeur et brillante astuce. Quelque part, au-delà des clichés qui entourent certains textes où il est question de pousser en âge, perce une artiste pleine d’émotivité comme sur le poignant « City ». De cette observation sur ce que peut être la vie dans une ville comme Los Angeles, pointe, au-delà, de ce que la superficialité de ce que cette mégalopole peut véhiculer, un sentiment de déracinement qu’on peut comprendre ethniquement, mais aussi intellectuellement. En ces moments-là une autre vocaliste s’impose à l’esprit: ni plus ni moins que la remarquable et discrète Laura Veirs !

★★★½☆

6 février 2013 - Posted by | Quickies | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :