No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Clinic: « Free Reign »

https://i0.wp.com/cdn.pastemagazine.com/www/articles/clinic-free-reign.jpg

En donnant un titre comme Free Reign à ce huitième album, en l’illustrant par une pochette pour le moins labyrinthique, il est clair que Clinic a pour volonté de s’affranchir de tonalités qui lui étaient propres mais qui, à l’instar de Bubblegum sorti en 2010, s’avéraient quelque peu répétitives.

Le changement se perçoit déjà dans la façon dont le groupe aborde ses compositions, assez variées, mais surtout en leur accordant une attention plus conséquente avec des titres qui atteignent souvent les cinq minutes et surtout l’agencement dont elles bénéficient. Celui-ci est fait de versatilités, de cette impression d’espace dans lequel on leur permet de respirer, de s’étendre mais sans se répondre.

« Cosmic Radiation » en est un exemple avec ses brisures et ses « freak out » sans que pourtant la ligne de crête mélodique ne soit égarée, et, même quand « Misty » introduit Clinic avec un schéma répétitif assez familier, la précision harmonique, la clarté des arrangements et des vocaux enveloppants en font, telle une courroie d’entrainement, un facteur d’adhésion, plutôt qu’une mécanique constamment huilée mais purement robotique.

Il en est de même pour un « Miss You » à la structure foncièrement identique mais, cette fois-ci, le groupe choisit une optique plus bruitiste avec feed back, voix désincarnées limite saturées et distortion qui, ce faisant, autoriser l’oreille à épouser non seulement un rythme mais toutes les ramifications que le traitement musical suggère.

« For The Season » juxtaposera avec pertinence saxo jazzy et climats chuchotés et presque rupestres et, sur un mode identique, un titre comme « You » aura toute latitude pour s’étendre avec une rythmique trottinante ponctuée d’effets spéciaux (entre autres un ocarina) lui servant de paysage sonore comme le ferait une toile de fond.

Au bout du compte, Free Reign s’avèrera un effort qui pourra satisfaire les fans habituels (« King Kong » est un mantra qui pourrait facilement infuser un effet de transe) mais qui devrait surtout lui permettre d’élargir sa base sans que l’on puisse lui reprocher une quelconque compromission.

3 décembre 2012 - Posted by | On peut se laisser tenter | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :