No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Talk Normal: « Sunshine »

Pour l’auditeur lambda, Talk Normal peut sembler vivre ou représenter un monde à part. Il est vrai qu’il aurait été difficile, pour ce duo expérimental féminin de Brooklyn, de réaliser, voilà 3 ans, un disque aussi aventureux et dénué de compromis que un Sugarland qui mêlait stridences de guitares en « free form », percussions pour qui le terme « expressionniste » serait un euphémisme, et vocaux où alterneraient accalmies impassibles mais provisoires se muant ensuite en vocaux déclamatoires de suppliciées au bord de la rupture.

Déclarer que ce disque était galvanisant reste d’une actualité mordante et on était curieux de voir quelle transition allait ménager Sunshine.

Ce nouvel opus dégage d’abord plus de mélodies, signe que le groupe est peut-être plus à l’aise avec lui-même, sa musique et se montre plus capable de se situer par rapport à la « no wave scene » de New York. On trouvera donc ici quelques gestes mineurs vers une pop compréhensible moins envahissante, avec une production qui, si elle privilégie les nombreuses strates, le fait de manière plus subtile et moins pesante. On pourrait dire que c’est comme si Sarah Register et Andrya Ambro s’employaient à chanter de façon harmonieuse plutôt que d’essayer de greffer des vocaux mélodieux sur une dynamique faite de dureté et d’abrasion.

Ainsi , la chanson titre, pourtant très impactante, est abordée, le duo chante en harmonie en contraste énorme avec les guitares incendiaires de Register et les percussions galopantes de Ambro. Sur tout le disque d’ailleurs Talk Normal semble embrasser la joliesse mélodieuse de la même façon qu’il manie la sévérité dissonante. Sur « Hot Water Burn » les chorus pris à deux permettent essor du morceau dans la mesure où, rythmant son développement, ils lui donnent une substance narrative qui met à bas la complexité de son architecture.

« XO » et « Bad Date » englobent free jazz, post punk et new wave avec des rythmiques alourdies épousant un sax et des vocaux dont l’envergure semble illimitée. On pourrait alors citer Laurie Anderson ou Kristin Hersh dont on pourrait presque dire qu’elles sont réunies, elles aussi, en duo sur « Hurricane », tout cela pour conclure que si Sunshine a pour vocation de véhiculer lumière et chaleur, il le fait en y mêlant constamment déflagration et incandescence.

Éectro ou hardcore, électro et hardcore, la frontière est ténue (« Lone General » qui voit Wire frayer avec Ministry ) ; et il ne manquerai alors qu’une dose de primitivisme animal pour que la messe soit dite. «  Baby Your Heart’s Too Big » len sera la plus belle manifestation avec son « outro » qui clôturera Sunshine d’une façon si anti-conformiste qu’elle ne peut qu’être la marque d’un nihilisme revendiqué.

28 novembre 2012 - Posted by | On peut se laisser tenter | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :