No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Divine Fits: « A Thing Called The Divine Fits »

Le concept de « supergroupe » est une idée à double tranchant. Bien que l’idée de musciens renommés qui se réunissent pour former un mastodonte musical puisse sembler géniale, nous avons vu échouer tant de fois maintenant.Nous avons eu occasionnellement les Wilburys Traveling ou Broken Social Scene qui sont parvenus à percer et à créer cette musique intemporelle, à la hauteur de ce que nous attendons de superstars qui se regroupent, mais le plus souvent nous nous sommes retrouvés avec de débris épars reflétant ce qui se passe vraiment quand des égos surdimensionnés sont censés être dans l’interaction: Velvet Revolver, Freebass, Power Station, Monsters of Folk, Contraband … La liste est interminable.
Le concept d’un «supergroupe» est encore plus étrange dans le domaine de la musique indie. Il est plutôt récent et il est difficile de l’aborder en faisant comme si nous ignorions d’où viennent ses musiciens. C’est un peu comme si notre prétendue objectivité ou neutralité était mise à mal, un peu comme si nous attendions quelque chose mais sans savoir quoi au juste. Ça n’est pas comme si il s’agissait du nouvel album d’untel dans lequel nous avons une chronologie ou des repères auxquels nous raccrocher.

En outre, nous ne parlons pas d’énormes icônes musicales telles que Mick Jagger et Dave Stewart se réunissent pour former un groupe très médiatisé (Superheavy), mais de célébrités musicales mineures. Ici pourtant, nous sommes présentés à un ensemble indie qui, en quelque sorte, défie toute définition en quelque sorte du super-groupe: The Divine Fits.
Composés de Britt Daniel (Spoon), Dan Boeckner (Handsome Furs, Wolf Parade), et Sam Brown (New Bomb Turks), on peut dire, en effet, qu’ils en représentent un nouveau type. Avec leur premier album, A Thing Called The Divine Fits, le combo se construit à partir de composants qui identifient leurs groupes d’origine pour explorer un tout nouveau territoire. Le son qui en sort est semblable à une vague renouvelée tant elle semble exemple de tâtonnements et emplie de certitude artistique, une nappe ondoyante soigneusement tavaillée sous un emballage tout ce qu’il y a de plus indie rock (à savoir un son dont l’option a été clarté, netteté, rigueur presque mécaniqste) ; le tout va nous apporter l’un des albums les plus fascinants et mieux conçus de 2012.
A Thing Called The Divine Fits s’ouvre sur leur « single », « My Love is Real ». Construit autour d’une riff électronique incessant et des éclats de synthé très new-wave, le morceau va parfaitement établir les tonalités et thématiques du reste de l’album. Comme pour la majorité des titres du disque, la composition atteint aisément l’oreille, et, ce faisant, touche instantanément l’auditeur. Ainsi cette phrase, « My love is real / Till it stops » montre à quel point même dans l’affect revendiqué, la maîtrise reste toujours de mise. Les vocaux de Boeckner sont hypnotisants et emprunts d’un humour noir, le tout nous incitant presque à vouloir le ré-entendre ou à chanter avec lui.
Les vocaux sont également partagés entre Daniel et Boeckner, tout en maintenant le même netteté et la même fluidité. Ce rythme est tout simplement superbe, parvenant à capter intérêt au travers des les 11 titres. Les chansons se fondent de façon presque transparente l’une dans l’autre et, s’il y a de fréquents changements de tempo, ceux-ci restent légers,façon de maintenir cohérence tout en évitant la monotonie. Plus important encore, l’équilibre entre le rock new-wave et indie est magnifiquement marquée, de sorte que les deux sont réunis en un ensemble nouveau et élégant,puisant dans l’un et l’autre de ces univers.
Basé uniquement sur le line-up du combo, il serait facile de déduire qu’il s’agit ici d’un autre rendez-vous indie. Mais The Divine Fits sont indubitablement un super groupe, définition qu’ils parviennent à transcende. Plutôt que produire un amalgame confus de trois sons disparates, ils nous convient, sans efforts apparents, à une expérience musicale véritablement nouvelle et naturelle et sans effort, tout en partant d’ingrédients de base maintes fois parcours.

The Divine Fits sont, en effet, un super groupe, mais ils sont avant tout un groupe super !!

24 novembre 2012 - Posted by | Chroniques du Coeur

Aucun commentaire pour l’instant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :